Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alyogau

Marmite norvégienne en tissu

21 Septembre 2022, 16:26pm

Publié par lyogau

Marmite norvégienne en tissu

Il y a déjà pas mal de temps que je m'intéresse aux marmites norvégiennes. Kékséksa? Un procédé vraiment ancien pour mijoter sans consommer d'énergie. Vue la période ma recherche se trouve soudainement d'actualité.

J'en avais déjà réalisée une en bois gravée. Elle est remarquablement efficace mais très encombrante. J'avais à cette occasion déjà expliqué de quoi il s'agissait. Je vous invite à jeter un œil aux explications.

L'idée dans ce nouvel essai c'était de chercher à faire nettement plus petit sans pour autant perdre trop en efficacité.

Il existe des exemples en tissu souvent sous le nom de wonderbag mais je les trouve bien trop sommaires. En effet pour une bonne efficacité il faut que le faitout soit isolé dans une "boite" tapissée d'une matière qui réfléchit la chaleur et la renvoie donc au faitout.
 

Il existe des exemples en tissu souvent sous le nom de wonderbag mais je les trouve bien trop sommaires. En effet pour une bonne efficacité il faut que le faitout soit isolé dans une "boite" tapissée d'une matière qui réfléchit la chaleur et la renvoie donc au faitout.

J'ai donc créé une structure pour maintenir le tissu à distance (petite) du faitout.

J'emballe ensuite le tout et la cuisson se poursuit tranquillement. C'est un prototype pas fignolé du tout. Il a quand même eu droit à sa petite broderie. Mais d'autres viendront un peu mieux finis. En tout cas ça marche très bien ce qui est l'essentiel.

j'ai découpé cette structure dans du contreplaqué mais je pense que cela peut tout à fait être réalisé dans un carton ondulé épais comme je l'ai fait pour les contours. J'ai oublié de photographier cette structure avant son emballage dans un papier d'aluminium épais qu'on trouve dans n'importe quel rayon de supermarché. Le plus mince risque de se déchirer trop vite. Voilà donc seulement le croquis. Avant de vous précipiter pour la découpe voyez à la fin de l'article  les modifications que j'ai apportées à cette étape après usage pendant quelques temps pour simplifier les choses

  C'est un disque de diamètre égal à la dimension la plus grande de ma cocotte en fonte donc poignées comprises soit 35cm pour mon cas. Il est coupé dans du contreplaqué de 5mm d'épaisseur. Il est ensuite recouvert d'aluminium.

Le montant de droite est coupé 8 fois soit deux parties pour chaque "pilier" que je voulais avoir en 10 mm d'épaisseur. A l'usage j'ai constaté qu'il manque de stabilité. En attendant de pouvoir faire une forme en croix quand mon fablab préféré aura rouvert j'ai mis un gros clou qui traverse le montant et l'aide à rester droit le temps qu'on place le dessus. Il vaut mieux que ce soit facile à faire puisqu'on met tout cela en place autour d'un récipient brulant.

Le dessous est isolé par des couches superposées de molleton récupéré dans une alèse épaisse que je n'utilisais plus. Le tissu provient d'une série de rideaux ne convenant plus après un déménagement et qui attendaient de servir depuis bien des années!

J'ai choisi du coton pour être sûre que rien ne pose problème avec la chaleur. Un quelconque matériau synthétique pouvant provoquer éventuellement des émanations douteuses.

J'ai donc un grand tissu de 140 par 140 cm avec au centre plusieurs couches de molleton superposées. Plus il y en a mieux c'est!

J'ai piqué tout le tour pour que rien ne bouge. on place ensuite le disque de fond sur lequel j'ai mis trois petits morceaux de bois destinés à minimiser le contact avec la chaleur.

Il faut alors installer le contour qui est fait dans du carton ondulé épais découpé dans un gros carton d'emballage.

J'ai pris soin de découper le carton dans le sens des ondulations de sorte que je puisse le rouler facilement ce qui est facilité en creusant dans les ondulations sur la face intérieure.

 

Je n'ai pas pu le faire en un seul morceau donc en deux morceaux. Chaque morceau est emballé complètement dans l'aluminium.

On peut alors les placer autour de la cocotte.

Il suffit alors de replier le grand tissu pour refermer le tout.

On replie progressivement les autres angles ce qui resserre l'ensemble. Il ne reste plus qu'à recouvrir l'ensemble avec un contour fait de trois couches d'alèse de coton et recouvert de tissu. Une écharpe vient fermer tout ça avec un nœud qui sera ultérieurement remplacé par un velcro en cours de récup. 

Un coussin rond sur le dessus vient compléter le tout avec bien sûr une petite broderie toute simple qui bénéficie de la nouvelle fonctionnalité d'Inkstitch pour gérer les ensembles de points droits efficacement. Le texte faisant suite au chaudron est dessiné à main levée.

A ce stade l'isolation n'est pas maximale mais plus rien n'est brulant et il est facile de compléter avec ce qu'on a sous la main pour améliorer l'isolation, une couverture ou une couette... L'idée reste de ne pas être trop encombrant et donc des choses que vous avez chez vous peuvent être utilisées . Vous pouvez même mettre votre doudoune préférée. Aucune odeur ne s'échappe!!!

Après quelques mois d'usage réjouissant, je rajoute mes modifications qui simplifient à la fois la fabrication et l'utilisation.

La première remarque c'est que ça marche très bien. L'isolation est amplement suffisante et les cuissons parfaites.

Mais il s'avère que les "piliers" à placer pour maintenir le disque supérieur sont malpratiques et un peu compliqués à mettre en place autour de la marmite brulante. L'ensemble n'est pas si stable que je l'espérais et j'ai compris que le carton d'entourage suffisait parfaitement pour maintenir l'ensemble en le renforçant un peu.

Mon carton n'étant pas en une seule pièce j'ai commencé par le coudre pour l'assemblage. J'avais deux morceaux déjà grands et pas si faciles que ça à trouver. Rien n'empêche de le faire avec des cartons plus petits en les cousant. Je rappelle que je ne veux pas avoir de plastique ou de colle proche de la marmite brulante. Les bandes collantes diverses ont été arrachées.

Puis j'ai fabriqué des renforts avec ce que j'avais sous la main, à savoir des restes de quarts de rond de 14mm que j'ai assemblés par deux avec du fil. J'avais même fait des petites entailles pour que le fil ne glisse pas mais c'est superflu. Il est très facile de serrer le fil et de le glisser entre les deux bois pour le stopper.

J'ai ensuite cousu ce renfort sur un côté du carton face à un morceau de champlat de l'autre et ce, en 4 endroits du carton.

 

 

Les renforts quart de rond sont placés à 5mm du bas pour pouvoir reposer sur le bord du disque inférieur et leur hauteur est celle des bois initialement envisagés pour soutenir (hauteur nécessaire pour contenir la casserole sans qu'elle touche en haut)

De cette façon le disque supérieur vient se poser sur les renforts pendant la cuisson. A chaque bout j'ai terminé par un champlat et sur celui de la fin j'ai accroché une ficelle qui sert à maintenir facilement le carton en place ce qui n'était pas aisé dans la version initiale.

Il suffit d'entourer avec la ficelle et l'ensemble carton+disque tient tout à fait bien pour être soigneusement emmailloté. Je mets maintenant directement le contour tissu et le grand carré sert à maintenir le tout facilement.

Le rangement se fait en roulant carton et contour tissu ensemble et en utilisant toujours le grand tissu pour attacher le tout. C'est nettement moins encombrant et plus facile à loger dans un placard.

Le dernier détail consiste à prévoir deux trous au centre du disque supérieur pour passer une ficelle  qui permet d'attraper plus aisément ce disque.

Les petits anneaux de bois sont des chutes d'un autre travail. J'en ai d'autres destinés à mettre sous la marmite pour minimiser le contact marmite aluminium mais on peut facilement les égarer. Ceux là serviront de rechange.

Pour finir quand on a bien travailler un bœuf aux carottes simple qui cuira pendant votre nuit de sommeil bien méritée!

NB: Évitez de laisser votre marmite norvégienne parterre. Elle a tout l'air d'un pouf mais n'est pas faite pour ça!!!

Commenter cet article